Stratégie développement des géants de la nouvelle économie « le Blitzkrieg , Blockbuster »

Il s’agit  d’une technique de combat utilisée par l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale. C’est une technique  qui consiste à utiliser simultanément toutes les ressources disponibles, pour une attaque surprise fulgurante.  Les startups américaines de la nouvelle économie en font de plus en plus usage pour se développer à l’international. Elle bénéficie de nouveaux moyens financiers, qu’il était réservé à des entreprises déjà bien placées sur leurs marchés. La stratégie winner take all  avec de PIB d’état.

La stratégie financière de ces start-up

Pour financer leur stratégie  de développement ces start-up ont levé  des fonds très importants, car développés de nouveaux usages coûtent très cher. Un nouvel usage peut être parfait, mais il n’est pas financé, il ne pourra pas  se développer.  Les plus importants  de lever aux États-Unis. Leur capacité à prendre une partie très importante sur de très grands marchés très rapidement.

Elles deviennent très rapidement profitables. Dans un espace de temps très court, elles sont très gourmandes en capitaux pour se développer et assurer une position de leader de quasi-monopole. Depuis quelques années, il  n’est plus rare  d’entendre une start-up a levé plus d’un milliard de dollars pour assurer son développement à l’international. La société chinoise Didi un spécialiste de VTC a levé  plus de six milliards d’euros.

Stratégie marketing de Géant

Les géants du net  mènent une stratégie blockbuster. Ces géants s’internationalisent une vitesse  supersonique. Alors que les sociétés de l’ancien économique attendaient au moins  d’avoir une taille suffisante avant  de se lancer sur le marché  international. Actuellement, ses start-up  se  développement quasiment  en même  temps  sur le marché local que le marché international.

Le choc entre Uber et Didi
Uber vs Didi

La phase de l’internationalisation tant à se réduire. Un exemple comme Airbnb est créé en 2008, l’application est  devenue opérationnelle aux États-Unis en  mars  2009, et  deux ans plus tard la société avait commencé son internationalisation. Elle a commencé par le rachat d’un concurrent allemand  en mai 2011. Enfin 2012, elle était présence de plus de  20 pays  différences. L’Uber  est créée en  2009  aux États-Unis, L’Uber  arrive à Paris, en 2011, elle était disponible au Canada, en 2010.

 

Définition de la stratégie Blockbuster

C’est le fait  pour une entreprise de rend son produit ou service disponible en même temps dans un maximum de pays en vue  d’assurer  une rentabilité maximum. Cette stratégie permet à ses entreprises  de développement leur marché très rapide. Elle ne  laisse pas le temps à la concurrence soif de s’adapter ou même de devenir des concurrents sérieux.

Elles misent essentiellement sur le marketing viral. Ce sont souvent les utilisateurs qui vont faire la pub de la société. Si nous prenons l’exemple d’Uber, elle n’a jamais fait une pub  à la télévision  française, mais elle a bénéficié une importante couverture médiatique.

La stratégie d’acquisition

Ces  sociétés acquièrent  à une part importante de leur  croissance  par des opérations de fusion et d’acquisition. Ces  sociétés n’attendent pas, les années pour effectuer  des rachats de sociétés concurrencent. Si dans un premier temps  elle cherchait  à des acquisitions ou des fusions par absorption  avec des entreprises en vue de créer des effets synergies  pour leur cœur de métier.

Aujourd’hui certains veulent déjà se diversifier. Ces sociétés dépensent des millions de dollars pour  effectuer des acquisitions.  Ces sociétés veulent mettre en place une stratégie de croissance externe, pour avoir  un seul géant par  secteur  ou par usage. Il ne doit pas y avoir  deux grands sur un seul usage. Il faut racheter ce qui pourrait en termes devenir une concurrence sérieuse.

Pourquoi ces stratégies sont possibles aujourd’hui

La mondialisation est aussi des cultures, aujourd’hui, beaucoup de sociologues parlent d’une culture mondiale.  Le développement de nouvelles valeurs communes  au sein des populations  jusque-là très différentes et des systèmes de penser  commune.  En 2012, un chanteur coréen (PSY) a sorti une vidéo «Gangnam Style » et elle  a fait plus qu’un milliard de vue sur internet, ce qui représente un Terrien  sur sept, en quelques semaines.

Les  facteurs favorisant ces usages

La mondialisation  a permis de développer une culture universelle et  il devient  de plus en plus difficile  de développer une contre-culture à la culture dominante. L’exemple type du Bhoutan

En 1989, le roi du  Bhoutan a déclaré que l’objectif du pays serait d’atteindre le plus haut niveau du bonheur national brut. Mais, en 1999, il a commis une « erreur fatale » : il a levé  l’interdiction de posséder une télévision. Rupert Murdoch a aussitôt fourni quarante-six chaînes, à  travers son réseau Star TV. Et ainsi les habitants du royaume ont vu le lot habituel de sexe, violence, publicité, romances que les habitants des pays riches regardent aussi. Le résultat ne se fit pas attendre. Les divorces, la criminalité, la consommation de drogue ont immédiatement augmenté. (Citation du livre Homo économitus)

Auteurs Guillaume Louchard signatur du rédcteur chef du blog e-sgc.fr

1000 milliards de dollars de capitalisation, le prochain objectif de la Tech

Pour l’année 2017, il est important de faire un point sur les acteurs de la Tech engagés dans la course aux 1000  milliards de dollars de capitalisation. LA GAFA a une capitalisation supérieure à celle de l’ensemble des entreprises du C40. Le secteur de la Tech  est très bien placé pour faire que l’un de ces membres puisse atteindre ces barres symboliques 1000 milliards de capitalisations boursières. La capacité de ces sociétés a pénétré et à se développer dans de nouveaux marchés à fort potentiel pour le futur.

La GAFA et la Barre de 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière

1000 milliards de dollars de capatilisation boursière
La GAFAM, les principaux favoris pour 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Apple avec une capitalisation de 735 milliards de dollars est l’un des favoris pour atteindre la barre de 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Apple a déjà la plus grosse capitalisation au monde. Les forces d’Apple, elle est arrivée à capter plus de 90 % des marges du secteur de smartphone. Elle a su développer une identité solide auprès des consommateurs.

Elle se place dans le top 5 de fabricants de PC, alors que ces PC sont en moyenne beaucoup plus chers en moyenne que les concurrences. Les faibles d’Apple, elle est trop dépendante de l’iPhone, plus 70 du résultat du groupe. Le manque innovation, depuis la mort de Steve Job, Apple semble marquer le part en matière d’innovation. Le part vers 1000 milliards de dollars va être très difficile pour l’Apple.

La transformation de Google en Alphabet pour la compétition

L’Alphabet la maison mère de Google a 597 milliards de dollars, Google représente plus de 95 % de la valeur d’Alphabet. Google a déjà passé devant Apple en matière de capitalisation boursière et devenir la première capitalisation au monde. Les forces de Google, elle règle sur le marché publicitaire mondial. Google capte plus de 38 % sur un marché de 178 milliards de dollars. (Google et le marché de l’e-publicité mondial).

Les faibles de Google : la position monopoliste de Google va poser beaucoup de questions sur le marché de moteur de recherche, car même s’il représente 67%, mais en Europe, il représente dans les grands pays plus 90 %. Depuis quelques années, il a des problèmes à la commission européenne. C’est la transformation des internautes qui représente le plus grand risque pour Google. Google est l’un des favoris, pars ce qu’elle est en train de développer une stratégie de diversification qui pourrait à termes lui permettre d’atteindre les 1000 milliards de dollars comme la voiture connectée et le développement dans la robotique.

Les arbitres de la compétition entre  Apple et Alphabet

Facebook est, la reine des réseaux sociaux. Elle est membre de la GAFA, avec une valorisation boursière de 405 milliards de dollars. Facebook est le social média de référence. Comme Google, elle vise aussi le marché de la publicité en ligne. Facebook est encore un diamant non poli. Facebook est très précoce, en 2016, la société a réalisé un bénéfice de 10,2 milliards de dollars sur un chiffre d’affaires de 27,6 milliards de dollars. La marge bénéficiaire de Facebook est de 36,95%, date de création 2004.

Les forces de Facebook, sa position leader sur le marché de social média. Sa capacité à tuer les concurrentes menaçantes sur le marché social. Les faiblesses de Facebook, l’utilisation des données personnelles. La sensibilité des internautes sur l’exploitation de leurs données personnelles. Il lui sera très difficile d’atteindre les 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Amazon  l’une des sociétés de la GAFA qui a éclose le plus tard. Amazon a une capitalisation boursière de 407 milliards de dollars. Depuis quelques années, Amazon est devenu l’acteur principal de l’e-commerce au niveau mondial. Les forces d’Amazon, sa place de marché qui lui permet sans avoir effectué un investissement très important de bénéficier d’un nombre important de références. Son développement sur le marché international. Une stratégie de diversification réussit dans le cloud et dans des services annexes.

Microsoft : le concurrent caché pour cette objectif 1000 milliards de dollars

Microsoft, comme font des parties des survivants de la bulle d’Internet de 1999. Après la bulle la valeur de Microsoft a été divisée par 2. Depuis la prise en main le nouveau PDG Satya Nadella, le groupe a poursuivi une stratégie de croissance. Le  groupe a fait évoluer son business-modèle. La société tend à réduire sa dépense à Windows. Le groupe est très présent dans le cloud et faire l’offre de sa suite bureautique. Ces changements stratégiques ont permis au groupe de s’approcher de son record de capitalisation avec la bulle de 1999 avec  620,58 milliards de dollars. Pour atteindre les 1000 milliards de dollars de capitalisation, le groupe entend  exploiter le potentiel de sa dernière acquisition le réseau social professionnel LinkedIn.

Les petits candidats à la barre mythique de 1000 milliards de dollars

 Dans les petits candidats sérieux, on retrouve les membres de NATU, ( Netflix, Airbnb, Tesla, Uber). Ces entreprises sont  déjà présentes dans des marchés très porteurs. Leur possibilité de croissance est très importante, comme pour les membres  de la GAFA. Elles vont se retrouver  aux limites de leur marché.

Gazpron : 3ième capitalisation boursière en 2008 et hors du top 100 en 2016

Il y a aussi des candidats un peu plus farfelus comme la russe Gazprom. Dans une déclaration de son  PDG Alexeï Miller, en 2008, la société Gazprom devrait atteindre la barre  de 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Neuf ans plus tard, la société de Gazprom est valorisée à environ 60 milliards de dollars. En 2016, Gazprom a été dépassé une autres société Russe Rosneft.

http://www.lefigaro.fr/societes-etrangeres/2008/06/10/04011-20080610ARTFIG00494-gazprom-vise-milliards-de-dollars-de-capitalisation.php

Pour atteindre les 1000 milliards de dollars: les ingrédients

Toutes entreprises disposent des capacités pour atteindre cet objectif mythique. Cette barre paraît très difficile tant les difficultés sont nombreux. Ces sociétés évoluent dans un environnement  très instable. Les mouvements sont très fréquents et la possibilité qu’ils fassent ubériser est une possibilité non négligeable. Développer un secteur majeur dans la nouvelle économie. Il faut arriver à dominer plusieurs secteurs en même temps.

1000 milliards de capitalisation envue par les géants de la Tech
Le top de départ pour les 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière

Auteur

Guillaume Loucahrd

signatur du rédcteur chef du blog e-sgc.fr